Turalo, lapin zéro, illustrateur 2017

2017-03-07 19:58:53

Aujourd'hui dans le Terrier, Piak reçoit son vieux complice Turalo. Moment de fraternité tendrement virile avec les fondateurs des 23HBD.


Piak : Bonjour mon cher Turalo, et bienvenue dans le Terrier des 23HBD. Installe-toi, prends un jus de carotte, tu connais les lieux, non ?
Turalo : Bonjour mon cher Piak, merci de m’accueillir ici, ça a l’air coquet avec la nouvelle déco. Sers-m’en un double !

Piak : Parle nous un peu de toi : à part auteur de bandes dessinées, c’est quoi ton vrai métier ?
Turalo : Ok, ça commence direct par des coups en dessous de la ceinture, c’est ça ? C’est mon procès ? Je réclame un jury populaire !
Auteur de bande dessinée, c’est beaucoup dire, je ne suis – dans cet art – qu’un simple artisan… Mais sur mes plages de temps libre, j’assume aussi la fonction de directeur d’une formation aux métiers de la BD, l’Académie Brassart Delcourt. Certains de mes étudiants (seulement les plus doués, hein) participent d’ailleurs cette année : ils seront notés super sévèrement, et s’ils ne remplissent pas le contrat des 24 pages en 23 heures, ils seront renvoyés de la formation.
Ah, et autrement, la nuit quand je ne dors pas, je crée des challenges un peu fous avec des amis…

Piak : Turalo, tu vieillis vachement bien, j’aimerais devenir comme toi. Toutefois, ça te fait quoi d’avoir le même âge que Gaston Lagaffe ?
Turalo : Oh, tu es bien placé pour savoir que l’âge, c’est dans la tête ! Toi, tu es né vieux… Moi, à l’image du célèbre gaffeur, je serai certainement encore un enfant à ma dernière heure. Ça me laisse encore un peu de temps pour m’amuser follement d’ici-là !

Piak : Pourquoi les 23 heures de la bande dessinée ? Qu’est-ce qu’il s’est passé dans ta tête ?
Turalo : Ben au départ, il y avait les 24 Heures de la BD, pendant le Festival d’Angoulême… Un marathon un peu select qui se passe en semaine. C’était pas pratique. Alors l’idée un peu dingue, ça a été de dire, on va le faire quand même, mais avec 1 heure de handicap ! Et comme il existe dans notre calendrier une journée par an qui n’a que 23 heures, y avait plus qu’à. Je… Je ne sais pas ce qu’il m’est passé par la tête… Je suis tellement désolé.
Je vous demande pardon.

Piak : C’est la dixième édition en 2017, c’était beau, toutes ces aventures, ces dernières années! Comment vois-tu l’avenir des 23HBD pour les dix prochaines éditions ?
Turalo : Ah bon ? On avait pas dit que c’était la dernière ?
Zut, il va falloir que je change mon emploi du temps des 10 prochaines années, alors.
Donc, l’avenir sera beau, ça déjà c’est une chose certaine ! Ensuite, il y aura plein de nouveautés, des nouvelles perspectives, des technologies pas encore inventées, et toujours plus de pages de nouvelles BD. Plus !
Et dès l’année prochaine, les participants qui ne terminent pas le challenge seront punis.

Piak : Cette année j’ai bien envie de faire du Turbomédia, mais je ne sais pas trop comment commencer, qu’est-ce que tu me conseilles ?
Turalo : Le Turbomédia est une technique de narration encore très jeune, un champ de recherche encore riche et à peine défriché : une façon de dynamiser la lecture de la BD sur supports numériques (tant qu’on a pas encore trouvé le moyen d’imprimer des gifs animés). Depuis quelques années, grâce au LemonSlide de Goliver, il est possible de participer aux 23HBD en "mode Turbo", inspiré des premiers récits publiés et popularisés par Balak, Malek, ou plus récemment ClemKlé… Le mieux, déjà, c’est d’être curieux et d’en lire le plus possible pour découvrir et comprendre un peu comment ça marche, à travers le site www.turbointeractive.fr, ou encore fouiller les archives du site des 23HBD pour lire les participations des années passées (comment ça, tu ne l’as pas encore fait, canaillou ?).

Piak : Tu aurais envie d’avoir quoi comme thème ? A part les auteurs morts, sinon c’est trop facile…
Turalo : Ben comme tu as déjà eu les honneurs de la contrainte, l’année où David Hasselhoff devait porter un t-shirt "I <3 Piak". Ensuite, en ce qui concerne les auteurs morts, je préfère qu’on les laisse où ils sont. Déjà, parce qu’ils étaient souvent très doués et que, s’ils revenaient, ils nous piqueraient notre boulot. Ensuite, parce que c’est pas très respectueux de leur faire vivre de nouvelles aventures, sans l’autorisation de leurs ayants droit. Y a que les gens pas très cools qui font ça.

Piak : Un jour, au collège, je suis venu avec des chaussures à glands, tout le monde s’est moqué de moi. Est-ce que ça t’est déjà arrivé ?
Turalo : Non, j’ai arrêté les chaussures à glands. Ça a été un moment difficile, la désaccoutumance est un long chemin. Maintenant je porte des sandales, été comme hiver, avec ou sans chaussettes. Mais tout le monde se moque de moi aussi.
C’est difficile, de trouver chaussure à son pied.

Piak : Les 23HBD de cette dixième édition sont sous le signe de Mars. Qu’est-ce que tu emmènerais si tu devais vivre sur cette planète? A part de l’oxygène ?
Turalo : Si je ne devais emmener qu’une seule chose, ce serait toi, parce que tu es rigolo et plutôt beau gosse. Mais mes enfants risqueraient de me manquer, et on pourrait pas en avoir tous les deux. J’hésite.
Je peux réfléchir encore un peu ?

Piak : As-tu un dernier petit mot pour les lapins ?
Turalo : Prenez du plaisir !
Oui, j’ai bien confiance que cette phrase fait un peu bizarre après ma réponse à la question suivante… Mais sérieusement : les 23HBD, c’est pour s’amuser, passer du bon temps et prendre le risque de se dépasser ! La première victoire, c’est de participer. Ensuite, pour ceux qui arriveront au bout du challenge, ne perdez pas de vue que vous vous adressez à des lecteurs : faites votre possible pour raconter au mieux votre histoire, que votre récit amuse, touche, interroge votre spectateur.
Une de mes plus grandes satisfactions, dans cette aventure, c’est de prendre le temps, dans la suite du marathon, de lire, découvrir, fouiller les centaines de récits. À chaque fois j’y trouve de nouvelles petites pépites et, quel que soit le « niveau » du participant, je n’ai jamais été déçu par ce que j’ai lu.
Les lapins, faites-moi rêver !!!

Piak : Merci mon ami ! J’espère qu’on vivra encore d’autres belles aventures comme ça !
Turalo : C’est pas en déménageant de l’autre côté de l’Atlantique que tu vas arranger les choses, lâcheur ! Mais on va trouver, t’inquiète.
Sinon, j’ai réfléchi depuis tout à l’heure : en fait, Mars, ça me tente pas. Il fait trop chaud là-haut, et j’ai encore trop de trucs à faire ici. D’ailleurs, je suis à la bourre, il faut que j’y retourne !
Bisou, gros.

 



Si vous voulez en savoir sur Turalo, suivez ces liens :

Son blog : http://turalo.over-blog.com/

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/KingTuralo/

Son Twitter : https://twitter.com/Turalo

Et une autre interview de Turalo ici-même en 2015 : https://www.23hbd.com/index?pg=post&pst=45

Crédit photo : Chloé Vollmer-Lo.

Team Supaéro MDRS, partenaire 2017

2017-03-07 19:58:23

Aujourd'hui Merryl et Zia reçoivent dans le Terrier deux des sept membres de l'équipage "Supaero MDRS 175", Louis Mangin et Victoria Da-Poian. Louis et Victoria ont passé un séjour dans la Mars Desert Research Station aux Etats-Unis où ils ont vécu une simulation de la vie sur Mars. Ils étaient respectivement journaliste de bord et biologiste sur cette mission.

Victoria Da-Poian Louis Mangin

Zia et Merryl : Bonjour et bienvenue dans notre terrier:)
Louis : Bonjour, et euh merci, on a l’habitude des endroits exigus maintenant.

Zia : Pas trop dur la réadaptation à la vie "sur Terre" ?
Louis : Je ne vous cache pas que le retour à la réalité a été un peu violent : d’abord le passage de la restriction à la démesure américaine, puis le voyage du retour assez interminable, pour enfin retrouver la France, et tous les dossiers en attente qui nous sont retombés sur la tête en même temps…
Victoria : Ce qui m’a le plus "embarrassée" à la fin de la simulation a été l’étape de l’aéroport. Pas seulement parce que j’ai souvent des soucis de retard d’avion ou de bagages qui ne suivent pas mais à cause de l’abondance de personnes, d’affichages, de panneaux publicitaires ou juste informatifs… En plus je me suis retrouvée sans mes co-équipiers pour la première fois depuis trois semaines, et il faut avouer que les premières heures, ça m’a fait bizarre.

Equipage Supaéro MDRS 175
(L'équipage Supaéro MDRS 175. De gauche à droite : Louis Maller, Arthur Lillo, Mouâdh Bouayad, Xavier Rixhon, Victoria Da-Poian, Simon Bouriat et Louis Mangin.)

Zia : J'ai entendu dans une interview que vous avez accordé à Mathieu Vidard sur France Inter que vous étiez la première équipe entièrement composée d'étudiants. C'est la classe. Est-ce que vous en retirez une fierté particulière ?
Louis : Alors nous sommes a priori la seule de l’année. Et également le seul équipage francophone (un belge s’est caché dans l’équipe). Nous avons également la particularité de tous venir de la même école : l’ISAE-Supaero, quand la plupart des équipages ne se connaissent pas encore à l’arrivée pour la plupart. C’est donc un honneur de porter haut les couleurs à la fois de nos pays et de notre école !
Victoria : De plus, nous avons eu la chance de participer à une étude proposée par la NASA et l’université du Michigan qui étudient les facteurs humains et les différents équipages, et nous étions sûrement le premier équipage composé essentiellement d’étudiants à y participer : ça a été un grand honneur pour nous !

Zia : Est-ce que vous avez une petite culture du neuvième art ? De la bande dessinée scientifique ? De la BD d'anticipation ou de science-fiction ? 
Louis : Pour ma part j’en lis depuis très jeune, sûrement un peu moins depuis le début de mes études supérieures, qui m’ont pour le moins occupé. J’ai avant tout lu beaucoup de classiques et de BDs pour ados. Pour n’en citer qu’une dans le domaine, je dirais l’uchronie "Les Russes sur la Lune", qui donne une vision bien renversée de la conquête spatiale, dans un décor qui ressemble au nôtre.
Victoria : Pour être honnête je n’en ai pas lu depuis des années ! Même si le concept m’a toujours plu, j’ai toujours préféré me plonger dans un roman.

Zia : Vous savez qu'en acceptant d'être nos partenaires vous avez la responsabilité de trouver une contrainte inédite pour nos participants. Je vais vous poser la traditionnelle question : Y avez-vous déjà réfléchi ? Est-ce que vous pensez donner une contrainte technique propre à la bande dessinée ou une contrainte farfelue ?
Victoria : Peut être pourrions nous proposer de faire une scène basée sur une de nos expériences.
Nous pensions proposer...
Zia : Chuuuuuuuuut ! Dites-moi ça à l'oreille, je vais noter.
(Victoria chuchote)
Zia : C'est une excellente contrainte. De plus, elle peut être appliquée à n'importe quel univers, pas forcément une histoire martienne. Je pense que ça devrait plaire à nos petits lapins. Il faudra la publier samedi prochain à 13:00 pile sur votre page Facebook et sur Twitter.
Louis : Bien reçu.

Zia : Est-ce que vous allez suivre le marathon 23HBD en direct ?
Louis : Ecoutez, avez plaisir ! Je n’ai rien de bien contraignant de prévu pour le week-end, et assez impatient de lire ce que l’on va bien pouvoir écrire et dessiner en tenant compte de la contrainte donnée !
Victoria : Malheureusement pour moi , cela va être compliqué. J’ai commencé mon stage cette semaine en Allemagne à l’ESA (EAC à Cologne) et je dois avouer que j’ai une tonne de travail qui m’attend ce week-end !

Zia : Mais repartons sur votre terrain. Merryl vient d'intégrer l'équipage des 23HBD, plus particulièrement la Bunny Squad. Elle a suivi votre mission avec enthousiasme et elle a quelques questions (non beaucoup) à vous poser. :)
Merryl : En quoi le désert de l'Utah s'approche de l'environnement martien ?
Louis : Si l’on oublie le ciel bleu, et les quelques herbes qui y survivent, c’est très ressemblant. Les reliefs sont découpés, les strates apparentes, et le sol ocre. Un peu à l’image de ce que nous envoie régulièrement notre ami Curiosity depuis la (vraie) planète rouge. Ah et encore une chose : la pesanteur martienne est d’environ 30% de celle présente sur Terre, mais rien à faire pour la simuler non plus, mis à part les piscines des agences spatiales.

Merryl : Dans vos rapports, vous aviez régulièrement des problèmes de buée dans vos casques. Pourtant l'hygrométrie Martienne est différente de celle rencontrée sur Terre. Est-ce que cela biaisait vos données/expériences ?
Louis : Alors, il n’y a pas d’eau dans l’atmosphère martienne, par contre, on respire de l’air qui ressemble autant que possible à de l’air terrestre pour éviter d’y laisser sa peau, et en ressortant de nos poumons, l’air se charge en plus de notre propre humidité, donc il peut y en avoir aussi sur Mars. Après, lors de la mission, les casques n’étaient pas étanches, et l’hygrométrie extérieure influait donc (par temps couvert par exemple, le problème était récurrent). Mais pas d’inquiétude, sur Mars, les concepteurs des scaphandres auront anticipé le problème et mis les moyens nécessaires pour y pallier.



Merryl : Lors de vos EVA, portiez-vous la même panoplie que celle qu'un astronaute porterait sur Mars ? Si oui, cela posait-il des contraintes par rapport à Mars ? Si non, pour quelle raison n'avez-vous pas testé le matériel complet ?
Louis : Alors, sans vouloir vous décevoir, nous n’avions pas le budget de la NASA, et acquérir un véritable scaphandre d’astronaute serait complètement inimaginable. Ce que nous essayons de reproduire avant tout sont les contraintes auxquelles sont soumis des astronautes en sortie, pour pouvoir tenter d’y adapter nos expériences, développer des protocoles adaptés. Ainsi, à défaut de l’habit intégral de très haute technologie, nous avions la totalité du corps couvert, un sac à dos, et un casque avec une ventilation.
Victoria : Pour préciser un peu les choses, nous avions notre combinaison (la bleue avec nos patchs sur les photos de la mission). Nos avions nos chaussures de randonnées, des guêtres pour empêcher l’air de passer au niveau des chevilles, des gants de ski (très encombrants comme ceux des astronautes, afin de s’adapter aux contraintes réelles de ces sorties extravéhiculaires), le casque et le backpack avec le système de ventilation. Ce dernier système représentait environ une masse de dix kilos.


Merryl : Quelle a été la plus grosse difficulté rencontrée pendant votre séjour ?
Louis : Je dirais la gestion de notre planning : au début nous étions surexcités, voulant en faire trop, nous surchargeant de tâches diverses, alors au bout de dix jours nous étions à bout, fatigués et démotivés, avant de repartir pour la dernière semaine.
Victoria : Je suis tout à fait d’accord avec Louis, nous avons sûrement mal géré notre motivation et notre force physique dès le début de la mission. Une certaine fatigue s’est clairement fait sentir en milieu de mission avant de repartir très motivés et excités pour la dernière semaine.

Merryl : Est-ce que ce sera le plus gros défi sur une réelle mission sur Mars ? Sinon, lequel serait-ce selon vous ? L'avez-vous testé ?
Louis : Selon moi, le plus dur, et sûrement le plus imprévu encore aujourd’hui est la dimension psychologique : un voyage pour Mars mettra au mieux huit mois aller, pour ensuite rester une année là-bas, avant un retour potentiel. Les astronautes, bien que surentraînés et robustes, restent des humains, et qui sait ce que le stress de risquer leur vie, à des milliers de kilomètres de leurs proches peut leur faire faire ? De bons scénarios de BD en prévision je suppose.
Victoria : Je ne pense pas que ceci serait le plus gros défi, car aujourd’hui les astronautes ont un planning organisé par les agences spatiales (ESA, NASA…) qui leur permettent de ne pas perdre leurs objectifs de vue mais qui leur permettent de continuer à avoir une vie personnelle (skype, repos, moments de détente). Les astronautes doivent garder leur endurance pour de longues missions et les personnes qui travaillent sur le planning le savent et le prennent en compte. Je pense que pour une mission sur Mars, le plus difficile serait le voyage (la durée forcément, le confinement intense, l’absence de sortie extravéhiculaire, l’enfermement total).

Merryl : Nous avons vu qu'au sixième jour de votre mission, l'un de vos membres a temporairement perdu la vue (une sombre histoire de bandeau qui a glissé juste devant ses yeux). Êtes vous formés à réagir face à des situations plus graves, de santé, lorsque vous êtes en EVA ? Je pense aussi au jour 8, ou Arthur à partagé son air avec Xavier pour l'empêcher de "suffoquer". Ça aurait marché sur Mars ?
Louis : Nous avons beaucoup réfléchi à ces problématiques, particulièrement Simon et Xavier, qui sont respectivement secouriste et plongeur. Ils ont écrit un papier sur la gestion des situations d’urgence en sortie extravéhiculaire, et comment gérer par exemple une urgence médicale, la perte d’un sens, etc. Nous avons également fait une séance de secourisme en situation.

Merryl : Psychologiquement, vous étiez sur Mars. En plus des expériences scientifiques, ce genre d'expérience doit avoir un impact humain. Comment vous l'avez vécu ?
Louis : Très bien. Ce n’était que trois semaines, sans risquer sa vie, sachant que la fin n’était jamais bien loin, et qu’en cas d’urgence, il "suffisait" de rompre la simulation. Rien de comparable avec ce à quoi sont confrontés les astronautes, qui s’entraînent alors des années pour.

Merryl : Comment cela peut impacter une mission martienne ?
Louis : Surtout négativement je suppose. Le facteur humain est le seul à être aussi dur à anticiper, et vu le peu de données que nous avons sur le sujet, la première mission martienne habitée risque de nous révéler des surprises…

Merryl : Les communications étaient intentionnellement très limitées avec la "Terre". En quoi cette mise en situation est importante pour la future mission sur Mars ?
Louis : Sur Mars, il y a du délai (entre huit et vingt minutes aller), et il est donc impossible de rester branché en permanence ou de dialoguer. C’est pourquoi nous utilisions des emails uniquement, pour rompre avec l’instantanéité des communications. Nous ne communiquions avec "la Terre" que pendant la fenêtre de communication établie, de 19h à 21h. C’était alors le moment pour nous d’envoyer nos rapports et demandes d’EVA, de solutionner nos problèmes, et pour nos interlocuteurs de récupérer toutes nos données.

Merryl : La gestion des denrées, et surtout de l'eau, était un point capital du séjour. Avez-vous testé des méthodes de récupération d'eau/d'humidité ? Si non, pourquoi ?
Louis : Sur une véritable station extra-planétaire, à l’instar de l’ISS, l’eau devra tourner en circuit quasi-fermé. Mais un tel système est très coûteux, complexe à déployer, et surtout, la moindre défaillance met immédiatement en danger la santé des membres de l’équipage. Cela semble donc un peu trop de contraintes pour une expérience de simulation gérée rappelons-le par une ONG américaine.
Victoria : A part le Vegidair (potager autonome que nous avons emmené là-bas) qui utilise huit litres d’eau pour deux mois environ (grâce à un système de pompe à l’intérieur de la cuve), et un seau que nous mettions sous le jet de la douche lors des rares douches que nous avons pris, nous n’avions pas de système de récupération d’eau. Mais cette question est bien sûr primordiale. Il faudrait travailler sur une boucle fermée pour le système d’eau bien sûr.

Merryl : Vous avez rapidement constaté que le plus gros de votre consommation en eau partait dans les chasses d'eau. Avez vous envisagé les toilettes sèches ? Si oui, est-ce que ça marcherait sur Mars ?
Louis : Comme précédemment, cela permettrait probablement de réduire drastiquement notre consommation, mais des toilettes sèches nécessiteraient un entretien régulier, que nous ne pouvons pas mener, au risque de briser la simulation. Nous devrions donc être dérangés, sans compter les coûts que cela incombe.
Victoria : Pour tout vous avouer j’ai été très surprise de découvrir des toilettes "normales" à l’arrivée dans la station. Je n’avais pas pensé à autre chose que des toilettes sèches et je m’y étais préparée "mentalement" pour vivre trois semaines comme cela. Je pense qu’au début, pour une première base martienne, la solution de toilettes sèches serait plus la plus sensée en effet.

Merryl : Et pour finir, j'ai vu que vous aviez un potager sur votre station, mais aviez-vous "les pouces verts" ? Cela permet-il d'envisager une culture de carottes martiennes un de ces jours ?
Louis : Les carottes c’est plus dur, parce que ça ne pousse pas hors-sol, et la terre martienne contient plein de composants peu amicaux pour les végétaux, on ne sait donc pas vraiment si il est possible de faire pousser des végétaux dedans, mais en tout cas, sans traitement, a priori, non. Ensuite, ramener sa propre terre paraît assez complexe. C’est pourquoi les cultures hors-sols comme la nôtre dans le potager autonome paraissent plus réalistes.


Zia : J'ai une dernière question. Est-ce que vous avez des recommandations d'orientation pour nos lapins et lapines qui voudraient optimiser leurs chances de partir un jour sur Mars ou au moins de participer à une expérience telle que celle que vous venez de vivre ?
Louis : Il n’y a pas vraiment de profil type pour être astronaute, mais la sélection est très rude. Il faut quand même faire des études scientifiques, maîtriser au moins l’anglais et le russe, avoir une condition physique irréprochable, un goût pour les sport extrêmes (plongée, parachute, voltige), et ensuite être un peu chanceux, car la sélection n’a lieu en France qu’environ tous les dix ans et réunit des milliers de candidats. Pour partir en mission de simulation, c’est beaucoup plus simple : les études scientifiques et l’anglais, couplés à une bonne détermination doivent suffire.

Merryl et Zia : Merci :)
Louis : Merci à vous, et bon courage pour l’organisation de tout l’événement !
Victoria : Merci à vous, ça fait plaisir de voir que vous nous avez suivi tout au long de notre aventure !





Pour en savoir plus sur les partenaires de ce dixième marathon,
veuillez suivre ces liens :

Leur blog : https://mars.bde-supaero.fr/
Les photos de l'article viennent de leur album photo (crédit Équipage ISAE-Supaero MDRS) :
https://mars.bde-supaero.fr/phototeque/

Le lien vers le replay de l'émission "la Tête au Carré" : https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-10-mars-2017 

Leur page Facebook : https://www.facebook.com/mdrssupaero/

Leur Twitter : https://twitter.com/MDRSSupaeroCrew

Florence Porcel, marraine 2017

2017-03-07 19:56:55

En direct du Terrier, Paka, membre émérite de l'équipage des 23HBD, va tenter de rentrer en communication avec notre marraine, Florence Porcel.

Paka : Début de transmission - Ground control to Major Florence, me reçois-tu ?
Florence : 5 sur 5 !

Paka : Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, est-ce que tu peux te présenter ?
Florence : Je suis auteure, comédienne et animatrice et je mets toutes ces compétences au service de la vulgarisation scientifique, spécialisée dans le spatial et les sciences de l’Univers. Mon métier consiste donc, entre autres, à raconter des histoires dans des livres et à faire l’andouille devant une caméra avec un alien taquin.

Florence Porcel - Photo par Chloé Vollmer LoPaka : Tu viens de sortir une BD avec Erwann Surcouf (Mars Horizon aux éditions Delcourt), de quoi ça parle ?
Florence : De MAAAAAAAAAAAAAAARS ah hem hum. De la première semaine de la première mission habitée sur Mars. Plutôt que de me concentrer sur "comment techniquement" on va pouvoir y arriver, j’ai voulu traiter l’angle de "comment humainement" on va pouvoir gérer la proximité avec les autres en milieu confiné, le lien avec la planète elle-même, le stress, les émotions, la découverte, etc.

Paka : Quelle relation as-tu avec la BD ? Pourquoi avoir choisi ce média plutôt qu'un autre ?
Florence : Je n’ai pas choisi ce média : c’est plutôt l’inverse qui s’est passé ! Boulet, qui codirige la collection Octopus dans laquelle elle s’inscrit, est venu me demander si ça m’intéresserait de participer au projet. C’est une proposition qui ne se refuse pas. Mais écrire un scénario de BD, ce n’est pas un exercice évident et j’avoue que j’étais pas rassurée. À part Lucky Luke et Astérix, j’avais plutôt été biberonnée aux BD avec des histoires sur une ou deux pages, comme Léonard le génie (qui était de loin ma préférée). Donc j’ai appris sur le tas, à chaque étape, et Erwann a parfois été là pour rattraper mes erreurs de débutante… Merci à lui.

Paka : Notre association partenaire cette année est un équipage de six étudiants qui ont préparé et réalisé des expériences de vie martienne. Tu as toi-même participé à une simulation de vie martienne. En quoi ce genre d'initiatives privées peuvent servir la science ?
Florence : C’est leur but ! La Mars Desert Research Station est, comme son nom l’indique, une station de recherche située dans le désert de l’Utah pour simuler des missions martiennes. Ce sont des étudiants, des doctorants, des scientifiques, des médecins et des ingénieurs qui font ce genre de mission, soit pour accumuler des données dans le cadre de travaux (ça peut aller de la géologie à la psychologie en passant par l’astrophysique), soit pour tester des systèmes d’ingénierie, des protocoles, des constitutions d’équipages, etc. Donc les expériences menées là-bas servent aux personnes concernées pour l’avancée de leur thèse ou pour les recherches qu’elles mènent. Et en même temps, il me semble que tout est transmis également à la Mars Society (l’association qui gère MDRS) qui accumule ce genre de données pour les partager avec les agences spatiales – et tout ça, pour que ça serve quand on mettra sur pieds la première mission martienne habitée.

Paka : Qu'est-ce qui te passionne le plus dans ce que tu fais ? Quels sont tes combats ?
Florence : Raconter des histoires, qu’elles soient vraies ou enveloppées de fiction, et ce sur des supports très différents. Et faire rêver. Une chronique à la radio, une vidéo, un scénario de BD, un livre, un thread Twitter, un talk TEDx, une conférence, un webdoc, ce sont des exercices très différents mais j’ai la chance inouïe d’avoir déjà pu me les approprier. C’est très précieux et je me lève chaque jour profondément heureuse d’être là où j’en suis – même si c’est une masse de travail littéralement astronomique et que, éventuellement, j’aimerais avoir un dimanche de temps en temps… Quant à mon combat, il se résume à vouloir faire prendre conscience que nous sommes tous réunis (tous humains) sur le même bateau (la Terre). Et qu’au lieu de nous taper sur la gueule, on ferait mieux de se serrer les coudes et d’accueillir tous les talents et toutes les bonnes volontés pour faire de l’humanité quelque chose dont nous serions fiers. Alors ça passe par mettre en avant dans mes contenus un maximum de femmes pour que les jeunes filles aient les modèles dont j’ai cruellement manqué et pour que les métiers des STEM représentent réellement l’humanité ; je me bats aussi pour qu’on remplace, dans la langue française, le mot "Homme" par "humain" - on appréhende le monde par le langage, donc c’est primordial ; et ça passe également par des choix de représentation dans la fiction : par exemple, dans "Mars Horizon", aucun des personnages n’est hétérosexuel, et j’ai essayé de représenter toutes les couleurs de peau.

Paka : Sans trop en dire, est-ce que tu as déjà choisi ou réfléchi au thème que tu vas donner aux participants, as-tu hâte de voir ce que les dessinateurs vont en faire ?
Florence : Je suis fascinée par les gens qui savent dessiner, même mal… Je suis incapable de dessiner une porte, c’est terrifiant. Alors trop hâte, oui !! Quant au thème, j’aimerais qu’il nous fasse rêver…

Paka : Aurais-tu des conseils d'écriture ou autres à donner pour nos petits lapins qui vont participer aux 23 heures ?
Florence : Définissez bien votre ou vos personnages, qui ils sont et ce qu’ils veulent, ainsi qu’un début et une fin d’histoire très précis. Avec cette base, vous serez sur les rails !

Paka : Merci Florence !
Florence : Faut que je vous laisse, le soleil se couche sur Mars, tout devient bleu, je vais sortir admirer ça.

- Fin de transmission -

 

 

 



Pour en savoir plus sur la marraine de notre dixième marathon,
veuillez suivre ces quelques liens :

Son blog : http://www.florenceporcel.com/

Sa chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UC9HapjjoLqdDNwKEWQRaiyA

Sa page fan Facebook : https://www.facebook.com/la.galaxie.de.florence.porcel

Son Twitter : https://twitter.com/FlorencePorcel


Crédit photo : Chloé Vollmer-Lo

Kehmy, illustratrice 2016

2016-03-21 15:52:57

Dans le terrier aujourd'hui avec nous, Kehmy, l'illustratrice de notre affiche 2016.
Talentueuse, sympa, marrante... elle a tout pour plaire et on est heureux de bosser avec elle :)

Kehmy (selfie)
- Bonjour Kehmy !
- Salutation, Zia.

- Qui es-tu, Kehmy ?
- Une simple étudiante à Emile Cohl qui balance ses dessins sur internet de façon random.

- Tu es encore étudiante et tu as déjà des milliers de fans, pas trop de pression pour la suite ?
- Non, je pense que ce début de notoriété peut m'aider pour la suite. Et c'est super motivant d'avoir des gens qui me suivent !

- Paka dit que tu es sa protégée, t'as vraiment besoin de protection ou tu poutres aussi (les hippies par exemple) ?
- Je poutre tout le monde, sans exception. Un des premiers dessins que j'ai demandé à Paka c'était moi qui lui highkick la tête, je pense que ça veut dire beaucoup.

- Tu es plutôt tradi ou numérique ?
- Je dessine beaucoup plus au tradi parce que bon, trimballer son ordi partout, c'est pas hyper pratique.

- Parlons neuvième art. Tes artistes favoris, tes influences, c'est qui ?
- J'ai beaucoup trop d'influences pour les citer toutes ! Mais parmi elles on trouve Boulet, Maliki, Juanjo Guarnido, Takeshi Obata, Benjamin, et j'en passe...

- Ton dreamjob, ce serait quoi ?
- Chara designer / concept artist pour des jeux vidéo !

- La dernière BD que tu as lue (pas de triche, on assume tout) ?
- La BD porno d'un chevalier qui se tape un dragon affichée dans les couloirs de mon école ça compte ? Sinon c'est One Punch Man 2 !

- Combien de fois as-tu participé aux 23HBD ?
- 2 fois (sans compter mon échec critique en 2012 où au final j'ai rien produit du tout hahaha). Je participe donc pour la troisième fois cette année !

- Quels conseils donnerais-tu à ceux qui tentent les 23HBD pour la première fois ?
- Manger et dormir, c'est pour les faibles. Non, plus sérieusement, je fais tout en même temps : je réfléchis à l'histoire en même temps que je dessine pour optimiser les 23 heures au maximum, et je scanne mes pages 6 par 6 pour perdre moins de temps avec le scanner (qui appartient à ma colocataire, désolée Lisa), le passage du tradi au numérique etc. Ma première participation, je l'ai finie en dix heures donc je pense que ça prouve l'efficacité d'être multi-tâches !

- Merci Kehmy <3
- Mais de rien ! <3


Retrouvez Kehmy ici :
http://kimluong.wix.com/kehmy

ou sur Deviant Art :
http://kehmy.deviantart.com

ou sur Tumblr :
http://kehmy-art.tumblr.com
http://kehmy-ludie.tumblr.com

ou aussi là, sur YouTube :
http://www.youtube.com/user/AkiEnma

ah et on n'oublie pas sa page Facebook !
https://www.facebook.com/Kehmy

Voilà :)

Asperger-Amitié, partenaire 2016

2016-03-14 20:23:33


Nous recevons aujourd'hui Miriam Sarbac, présidente de l'association Asperger-Amitié, qui est notre partenaire 2016.
C'est à l'initiative de Davy Mourier, notre parrain 2016, que nous avons mis en avant le sujet de l'autisme.
L’ensemble de l’équipe a validé ce choix avec enthousiasme, mais c’est Zia qui a été la plus touchée puisqu’elle est concernée directement.
Rencontre de mamans ordinaires d'enfants extraordinaires.

- Bonjour Miriam, je suis ravie de vous recevoir dans notre terrier.
- Bonjour Zia ! Je suis très touchée que mon association soit choisie comme partenaire d’autant plus que cela se déroule à quelques jours de "la journée mondiale de l’autisme" qui aura lieu le 2 Avril. Un bel échange entre les "lapinous" et "Asperger" ;-)

- Déjà merci d'avoir accepté d'être notre partenaire 2016.
- Je suis heureuse de participer à cette neuvième édition des 23 Heures de la BD. Ceci alors que j’entame le neuvième numéro du magazine "Aspiration" dans lequel nous aurons une rubrique sur l’histoire de la BD ainsi que sur le festival d’Angoulême. Coïncidence, me diriez-vous ? Je suis convaincue maintenant que rien n’est dû au hasard.

- Lisez-vous des bandes dessinées ou est-ce que le neuvième art vous est totalement étranger ?
- Très rarement maintenant, j'en lisais quand j’étais plus jeune. Mais c’était plus des BD en anglais car je suis d’origine américaine. J’adorais "Archie comics" et Tintin.

- L'autisme touche de plus en plus de familles et tout le monde ou presque en a aujourd'hui entendu parler, mais comment le définiriez-vous, pour nos lapins, qui ne maîtrisent pas le sujet ?
- Je vais essayer de répondre à cette question au plus court, mais le spectre autistique est très vaste. Pour que les lapins puissent avoir une petite idée :
L'autisme est un trouble envahissant du développement cérébral dont les causes sont d’origines diverses, neurobiologiques et génétiques.
L’autisme n'est pas une maladie mentale, mais une déficience, un handicap. Sa principale caractéristique est qu’il affecte les interactions sociales : difficulté à entrer en relation avec les autres. Mêmes quand elles s'intéressent aux autres, les personnes autistes le font de façon inadaptée et étrange. Il leur est difficile de s'engager dans un jeu spontané de "faire semblant". Souvent leur regard est fuyant. La communication, à la fois verbale et non verbale est affectée. Leur comportement est constitué souvent de gestes répétitifs, stéréotypés, de rituels ; leurs centres d’intérêts sont restreints, mais ils peuvent développer à l’égard de ceux-ci des qualités exceptionnelles. Les notions abstraites leur sont étrangères. Elles ont des difficultés à généraliser et tout apprentissage ou scolarité est difficile et requiert des interventions adaptées.
Les personnes dont l'autisme est plus grave ne parlent pas, ont des difficultés motrices, sont sujettes à des troubles du comportement plus ou moins graves et parfois s'automutilent.
De rares personnes autistes sont remarquablement douées dans un domaine précis : mémoire des chiffres, musique, dessin, puzzle, etc.
Les troubles du comportement sont la cause principale d'exclusion des structures scolaires etc.
Contrairement aux idées reçues, ces troubles peuvent être traités efficacement.

- Qu'est-ce qui différencie et qu'est-ce qui rapproche le syndrome d'Asperger et l'autisme ?
- Le syndrome d’Asperger est une forme "légère" de l’autisme dont le spectre est très large. La frontière est en réalité étroite, à tel point que la nomenclature DSM V, la nomenclature américaine des troubles mentaux, ne le différencie plus de l'autisme. Pour faire simple, l’autisme "grave" ou autisme de Kanner est celui où la personne est complétement enfermée dans son monde et ne communique pas ou communique éventuellement violemment, alors que l’Asperger peut avoir un langage extrêmement sophistiqué. Ce qui les rapproche c’est essentiellement le problème de l’interaction sociale et l’impossibilité de "deviner" l’autre, de comprendre ses émotions.

- En France on a longtemps accusé les pauvres mamans d'être responsables du handicap de leur enfant. Est-ce que vous croisez encore des familles confrontées à ces accusations ou percevez-vous une évolution ?
- Hélas, non ! Il y a sans doute un peu d’évolution, mais j’estime qu’il y a encore trop de familles qui sont confrontées à ces accusations, ou bien on ignore la famille. Désemparées face aux troubles de leur enfant, les mamans s’adressent souvent en première intention au médecin de famille qui n’a eu en tout et pour tout qu’une heure de psychologie dans le cours de ses études, qui la renvoie vers des structures de type CMP (Centre médico-psychologique) ou CMPP (Centre médico-psycho-pédagogique) ou les psys sont essentiellement formés à l’école psychanalytique et n’analysent les troubles qu’en termes de relation mère-enfant. Cette tendance, heureusement, commence à évoluer, et l’information est de plus en plus diffusée, même et surtout au niveau du grand public qui apprend que l’autisme est essentiellement d’origine génétique, même si d’autres paramètres sont aussi à prendre en compte.

Aspiration magazine n°7- Qu'est-ce qui vous énerve le plus dans le traitement médiatique et culturel des troubles autistiques ?
- Ces derniers temps, lorsqu’on évoque l’autisme dans les médias, on a tendance à ne présenter que l’aspect valorisant de l’autiste savant, essentiellement Asperger. Or, tous les Asperger ne sont pas des génies. Moyennant quoi, notre association voit arriver de plus en plus de parents dont l’enfant est en attente de diagnostic et qui sont convaincus que celui-ci est Asperger. L’autre aspect est qu’on ne parle que d’enfants autistes et qu’on oublie que ceux-ci deviennent des adultes dont on ne parle jamais de la prise en charge.

- Que fait votre association ?
- L’objectif de l’association est que les personnes porteuses du syndrome d’Asperger et d’autisme de haut niveau, ainsi que leur proches, puissent se réunir, s’informer, se distraire, faire des rencontres et échanger en milieu ouvert, c’est à dire entourées aussi de non-autistes.
Asperger-Amitié favorise l’épanouissement social et professionnel des personnes avec autisme de haut niveau et syndrome d'Asperger en créant une sphère socioculturelle et éducative complète grâce à des ateliers. Elle informe par l’utilisation de medias tels que la radio et le magazine Aspiration, premier magazine généraliste avec l’autisme en filigrane.

- Comment pouvons-nous vous aider ? Comment les petits lapins peuvent-ils vous aider ?
- En faisant connaître notre association, en diffusant notre magazine. Ce que nous souhaitons en élargissant notre audience, c’est trouver des sponsors et des financements pour la pérennité de nos activités, notre ligne de conduite étant de fournir celles-ci au moindre coût aux familles pour limiter le poids financier qui pèse sur des personnes souvent désemparées.

- C'est vous qui allez choisir la contrainte des 23HBD 2016. Selon les années, nous avons des contraintes techniques ou farfelues, vous penchez de quel côté pour l'instant ?
- J’aime l’aspect farfelu. J’ai l'idée d'une contrainte qui serait un petit clin d’œil aux autistes.
- Attention Miriam, pas de spoil, chuchotez-moi votre idée à l'oreille !
- (Propos chuchotés et inaudibles)
- Hey j'aime beaucoup, ce sera parfait !
- Alors je la donnerai le jour J à 13:00 :)

- Merci Miriam :)
- Merci Zia :)



Site de l'association Asperger-Amitié : http://www.asperger-amitie.com/
Page Facebook : https://www.facebook.com/Asperger-Amiti%C3%A9-133022126721080
Magazine Aspiration : http://www.asperger-amitie.com/vente-en-ligne-et-journal/
Emission l'Asperger Café : http://www.asperger-amitie.com/l-asperger-caf%C3%A9-la-radio/
 

Davy Mourier, parrain 2016

2016-03-09 16:09:16

Davy Mourier par Chloé Vollmer-LoDire que Zia est surexcitée à l'idée d'interviewer Davy Mourier dans le terrier des 23HBD est un euphémisme.
C'est parti.

- Bonnjour Davyyyyyyyyyyy !
- Bonjour les lapinous des 23HBD.

- Oui donc moi je suis une fan du genre "ta plus grande fan depuis le début" mais disons, pour les autres, ceux qui vivent vraiment dans un terrier, comment te présenterais-tu en quelques mots ?
- Je suis auteur de bande dessinée, notamment de "la petite mort". Je suis aussi réalisateur et comédien de la série "Reboot", que j'ai co-écrite avec Lewis Trondheim. Par le passé j'ai fait plein plein de sketches avec Monsieur poulpe et François Descraques dans le "Golden Show" et juste avant on avait fait la série "NerdZ". Je suis aussi animateur sur la chaîne "Nolife". Voilà en gros.

- C'est quoi ton actu ?
- Dernièrement j'ai sorti chez Delcourt une BD fabriquée avec Elosterv qui s'appelle "Relation Cheap" ; dans quelques mois ma nouvelle BD "Loup-Phoque" va sortir chez Delcourt ; je rentre en tournage de ma nouvelle série "My Tube" en mai et parallèlement on lance la fabrication du pilote du dessin animé de "La Petite Mort".

- Est-ce que tu aimes les filles avec des oreilles de lapin ?
- J'aime les filles en général. J'aime encore plus les filles avec des oreilles, je m'en suis rendu compte au fil de ma vie. Toutes mes ex ont ce point commun étrange d'avoir des oreilles. Ensuite est-ce que j'aime les filles avec des oreilles de Lapin ? Oui. Mais uniquement si elles sont amovibles.

- Tu n'as jamais participé aux 23HBD, c'est quoi ton excuse cette année ?
- Non jamais. J'ai fait des concours équivalents sans citer de marque, on peut retrouver certaines planches dans "Relation Cheap" d'ailleurs. Les 23 Heures de la BD tombent toujours mal dans ma vie, cette année par exemple ça tombe pile-poil au moment du changement d'heure. Il faut que je choisisse entre mettre mon magnétoscope VHS à l'heure ou dessiner 23 planches de BD (ça prend le même temps). Vu que j'aime vraiment beaucoup regarder ma VHS des "Goonies" tous les jours à la même heure, j'ai choisi.

- Même si tu n'as pas participé aux 23HBD, tu fais régulièrement les 24 Heures de la BD d'Angoulême, donc tu connais le challenge. Quels conseils peux-tu donner à nos petits lapins pour réussir leur marathon ?
- Il faut s'imposer des horaires, comme si tu bossais pour un magazine qui était en bouclage. J'ai toujours rendu mes 24 planches en 12 heures max. Parce que j'aime bien dormir.
Il faut que le scénario soit fini, ainsi que le storyboard, en une heure, max. Ensuite, en réalisant le scénario il faut penser économie de lieu, économie de personnage. Transposer l'histoire dans la neige, sous l'eau ou dans le désert : pouf, plus de problème de décors.
Dupliquer les dessins des personnages, juste changer les bouches et les yeux, comme si on faisait un dessin animé. Tu choisis 4 cases par planches et tu fais deux pages par heure.
Oui, le temps qui passe m'angoisse et je passe ma vie à trouver des moyen pour optimiser TOUT, j'adore les plannings. J'adore les listes et les cases à cocher, même mes pipis je les optimise.

- Tu as participé au choix de l'association cette année, l'association "Asperger-Amitié". Le sujet de l'autisme te tient à coeur, tu peux nous expliquer pourquoi ?
- Si on relit ma réponse précédente, je pense que tu as un indice sur le pourquoi de mon choix ^^
On peut être doué dans le travail et avoir des grosses carences dans les relations avec les autres et c'est pas facile. Les gens ne comprennent pas vraiment que certaines personnes sont terrorisées d'aller passer une soirée dans un bar ou qu'elles n'arrivent pas à ressentir des choses en écoutant de la musique. J'aimerais que ces problèmes soient plus reconnus et acceptés. J'espère que grâce aux 23 Heures de la BD et à "Asperger-Amitié", comme dirait un animateur belge du passé : "ça va se savoir" !

- Cette année, on a décidé d'inverser les rôles et de donner le choix du thème au parrain.
Sans spoiler, est-ce que tu penses que nos lapins vont s'éclater ou râler quand tu vas annoncer le tien ?
- Alors franchement aucune idée ^^ Moi tout ce que je sais c'est que c'est un thème que j'aime beaucoup beaucoup.

- Est-ce que tu peux me dessiner un lapin ? <3
- Ouais je peux.
Quoi ? Hein ? Ok d'accord je relève le défi.
23HBD 2016 - Dessin de lapin par Davy Mourier
Je vais essayer de placer ce lapin dans la BD que je suis en train de dessiner. OK. Ça sera dans la Petite Mort(e) en fin d'année.

- Merci Davy, tu es beau <3
- Merci, tu es bien bonne.

 

Davy Mourier par Vincent AnceaumeRetrouvez Davy sur son blog :
http://badstrip.net/

Ou sur Twitter :
https://twitter.com/davymourier

Ou sur Facebook :
https://www.facebook.com/Davy-Mourier-109508995734265

Et aussi sur YouTube :
https://goo.gl/nFGauJ

 

 

Les 25 heures de la BD

2015-10-21 17:12:03

25HBDIl vous en faut toujours plus !

Ce qui aurait du rester une blague du premier avril
est devenu un événement.
Au moment du passage à l'heure d'hiver,
le week-end du 24 et 25 octobre 2015,
nous organisons pour vous les
25 heures de la Bande Dessinée et de l'Illustration.

Ce challenge est destiné aux moins rapides
ou au plus soigneux d'entre vous,
mais aussi aux petites tortues timides
qui n'osent pas tenter le challenge des 23HBD.

Il s'agit de produire non pas 24 planches
mais seulement 12, et ce en 25 heures.
Vous pourrez aussi créer une série de douze illustrations.

Vous trouverez toutes les informations
sur la page Facebook créée pour l'occasion :
https://www.facebook.com/25HBD

Comme vous le savez, nous avons peu de moyens,
nous sommes tous bénévoles (ou même financeurs)
et tout cela reste gratuit.
Donc nous ne ferons pas (pour l'instant) de site dédié
à l'événement, qui se déroulera entièrement sur Facebook.
Comment ?
Je vous invite à lire le règlement ici pour en savoir plus :
http://25hbd.com/Reglement

Cette première édition sera parrainée par DESSINATOR
en partenariat avec Radio Active.
Venez, ça va être très cool :)

Bisous iodés
Zia

We Do BD - Festiblog

2015-10-02 22:06:05

WE DO BDSalut mes petits lapins !


Nous avons l'honneur d'être invités au festival We Do BD / Festiblog à Paris.

Des auteurs de la grande famille des 23HBD (participants émérites du marathon, organisateurs de regroupements, animateurs réguliers et membres de l'équipe) seront là pour vous rencontrer, vous faire des petits dessins, vendre et signer quelques autoproductions, fanzines et œuvres éditées.
Nous vous proposerons aussi des petites choses à la vente comme des affiches.
Avec un peu de chance, on remplira la tirelire-lapin de l'association et on pourra vous offrir un SERVEUR digne de ce nom !!!
Nous serons donc au Carreau du Temple, dans le troisième arrondissement, samedi 10 octobre de 13:00 à 16:00.

Les auteurs présents seront : Turalo, Piak (oui le fameux Piak), Goliver, Gary Vanaka, Joranne Bagoule et Lilly Potin (Les lapins du bosquet), Jim Bishop, Yo-One, Paka, Jizuss, Flo et Niro. Et puis Zia (oui, OK, je sais pas dessiner mais je serai là quand même)
Alors, heureux ?
Il nous reste quelques jours pour tout préparer alors n'hésitez-pas à nous faire des suggestions si vous avez envie de trucs particuliers ;)

Biz à tous et toutes !
Zia.

Planning précis des dédicaces, samedi 10 octobre :
13:00 à 14:00 : Turalo, Piak, Goliver, Gary Vanaka.
14:00 à 15:00 : Joranne Bagoule, Lilly Potin, Jim Bishop, Yo-One.
15:00 à 16:00 : Paka, Jizuss, Niro, Flo.

Toutes les infos ici : http://www.festival-blogs-bd.com/programme-par-jour.html

 

 

Thème & contrainte 2015

2015-03-28 11:00:32

THEME ET CONTRAINTE 2015 - THEME AND CONSTRAINT

 

FRANCAIS

Thème : Les naufragés.
Contrainte : Un caméo de David Hasselhoff portant un tee-shirt "I

ANGLAIS

Theme : The castaways.
Constraint : A cameo of David Hasselhoff wearing a tee-shirt "I <3 Piak".

ITALIEN

Il tema : I naufraghi.
Il limite : Un cameo di David Hasselhoff che indossa una maglietta dove c'é scritto "I

ESPAGNOL

Tema : Los náufragos.
Limitación: Un Cameo de David Hasselhoff portando una camiseta "I

PORTUGAIS.

Tema : Os Naufragados.
Restrição : Uma participação especial de David Hasselhoff vestindo uma camiseta "I

ALLEMAND.

Thema: Die Schiffbrüchigen.
Weitere Vorgabe: Ein Cameoauftritt von David Hasselhoff, der ein T-Shirt trägt mit der Aufschrift "I

 

Les conseils du Grand Lapin Turalo

2015-03-22 13:47:20

Allégorie : Les créateurs des 23HBD, par LugolBonjour mes lapins :)

Aujourd'hui avec nous dans le terrier, le Boss en personne, Eric "Turalo" Dérian.
Lorsqu'en 2008, avec ses amis Piak, Lugol et Taillefer, il crée le marathon des 23HBD, il n'imagine pas une seconde que ce petit délire va devenir un événement mondial décliné en sept langues. 
 

 


- Bonjour Turalo

Eric Turalo Dérian- Hello 23HBD !
Comme tu as grandi… Ça te fait quel âge, maintenant… 7 ans ?
Déjà ?
Comme ça passe vite.

- On ne te présente plus, mais pour la forme, peux-tu résumer ta bio, pour les lapereaux ?

- Je suis ton papa… Enfin, presque : l’un de tes 2 papas !
J’étais auteur de BD, dessinateur, coloriste, scénariste… et blogueur. C’est quand je tenais un blog que j’ai rencontré ton autre papa : Piak. Et cette rencontre a changé notre vie ! On a blogué ensemble, on a fait de la BD (« Le Blog de Franquin ») et des festivals, et c’est lors d’une soirée où on avait un peu trop bu que la petite graine a été semée, en 2008.
Nous t’avons alors choisi 2 parrains, Lugol et Taillefer. Et tu es née quelques semaines plus tard.
Depuis, beaucoup de choses se sont passées… Encore des projets, encore des albums (dont « Les Catcheurs de l’extrême » avec Tonton Lugol et « J’aime les années 70 » avec Tonton Taillefer), pas mal d’égarements, la fin de l’âge d'or des blogs BD…
Depuis peu, j’ai pris la responsabilité de former la nouvelle génération des auteurs de demain en assumant la direction de l’Académie Brassart Delcourt… T’imagines, moi, dirlo ? Ha, ha !

- Combien de fois as-tu fait les 23HBD, en classico ou turbo ?

- J’ai participé chaque année, sauf en 2010. Six fois en tout ! 4 fois en mode Classico, 1 fois en mode Turbo et 1 fois, en 2011, en mode Turbo avant l’heure, alors que la règle ne le permettait même pas encore :)
Je n’ai que rarement terminé mes marathons, je n’ai que 3 lapins d’or à mon actif, parce que s’occuper de toi c’est souvent du souci et beaucoup d’attention, et tu m’as souvent pris du temps… Comme tous les enfants !
J’espère pouvoir participer encore cette année…
En tout cas, je suis inscrit ;)

- Fort de ta longue expérience, quels conseils peux-tu donner à ceux qui tentent le défi BD ?

- Alors, déjà, ne pas organiser l’événement en même temps que réaliser ses pages ! Mais ça, ça ne concerne que très peu de personnes…
En premier lieu, il faut évidemment bien s’organiser pour perdre le moins de temps possible et consacrer l’essentiel de ces 23 heures au marathon tant qu’on tient debout. Ne pas hésiter à faire des pauses, mais ne dormir qu’en cas d'extrême nécessité.
Ensuite, il vaut mieux avoir une idée d’où l’on va ! Définir un univers, un récit et bien cerner le point d’entrée de son histoire ainsi que son point de sortie. Il ne reste plus qu’à trouver quelques moments-clés, faire un plan de ses 23 pages et se lancer…
ATTENTION ! Se lancer, mais pas n’importe comment non plus ! Il reste essentiel de connaître ses capacités, de bien cerner ses points forts et de ne JAMAIS se lancer dans des expériences que l’on n’a jamais tenté auparavant : ne partez pas dans un style graphique que vous n’avez jamais pratiqué auparavant, par exemple, et travaillez avec les outils dont vous avez l’habitude. C’est déjà assez difficile comme ça.
Et surtout, n’oubliez pas que vos récits sont faits pour être lus : si vous sentez que vous n’arriverez pas au bout, si la fatigue gagne sur la motivation, trouvez la ressource nécessaire pour terminer votre histoire, même à 10 ou 15 pages, afin de donner un récit complet à vos lecteurs.

- Et pour ceux qui tentent le défi Turbomedia ?

- Le Turbo, c’est une toute nouvelle façon de pratiquer la bande dessinée pour une diffusion numérique : cette technique ouvre un champ de possibilités dont nous n’avons vu pour l’instant que la partie émergée !
Il est important d’en avoir lu avant, de s’être un peu intéressé à ce qui s’est déjà fait dans le genre, et de se lancer dans l’aventure avec envie, appétit et courage !
Pour se renseigner un peu plus, un petit historique du Turbomedia :
http://ybrik-media.com/bon-anniversaire-le-turbomedia/
Et le grand Balak avait publié une sorte de tuto très séduisant :
http://a5ile.free.fr/aboutabout.swf
Et surveillez bien le blog des 23HBD : une conférence de Geoffo d’une heure sera mise en ligne en fin de semaine pour terminer de motiver ceux qui hésitent encore.
En plus, le LemonSlide de Goliver (http://blog.goliworks.com/post.php?pst=56) permet de pratiquer le Turbomedia en n’utilisant que des images aux formats JPG et GIF, genre hyper facile à utiliser…
Le Turbo, c’est bô !

- Beaucoup d'amateurs hésitent encore à s'inscrire, qu'est-ce que tu voudrais leur dire ?

- Il n’y a aucune raison d’hésiter : ce n’est pas un concours !
Rien que le fait de participer, c’est déjà réussir. Un tel challenge met sur le même pied l’amateur et le professionnel aguerri, c’est justement dans ce type d’exploit que l’on donne le meilleur de soi et que l’on trouve des ressources dont on s’ignore capable.
Tout le monde ne décroche pas un lapin d’or ou d’argent au bout, mais tout le monde gagne, comme à l’École des Fans.
Allez, quoi, venez, vous verrez c’est sympa ;)

Le terrier des 23HBD- Que doivent faire les participants si ils ont des questions ou des problèmes avant ou pendant les 23HBD ?

Déjà, se creuser un peu la tête avant de crier au secours. Toujours appuyer sur la touche F5, par exemple, au cas où.
Après, il y a une page FB assez pratique, la « What the FAQ » (https://www.facebook.com/groups/FAQ23HBD) où on peut trouver pas mal de réponses en interrogeant la communauté des autres participants : si vous rencontrez un problème, vous n’êtes certainement pas le seul, et quelqu’un a déjà souvent la réponse !
En dernier recours, la fabuleuse team des 23HBD, Zia, Goliver, Lugol, Paka, Piak ou moi pourrons vous débloquer, mais n’oubliez pas que vous n’êtes pas les seuls : à l’heure où je réponds à ces questions, vous êtes déjà bientôt 800 inscrits… Imaginez si vous avez tous besoin de quelque chose en même temps !
Et comme chaque problème trouve toujours une solution, et qu’il est possible que cela puisse prendre un peu de temps à se débloquer, ne pas perdre de vue que l’heure tourne et retourner à ses pages en attendant d’être aidé, pour ne pas prendre de retard : dessinez, dessinez, dessinez :)

- Merci Eric pour ces conseils :)

- Merci à toi, ma grande !
Il me tarde de te voir grandir encore…

 

 

 

Les rassemblements

2015-03-18 14:36:03

"À deux c’est mieux, à cent c’est épatant."

La grande majorité des participants fait le marathon des 23HBD en solitaire.
Depuis 2012, nous essayons d’aider ou d’inciter les participants à se regrouper.
C’est sympa les groupes, les regroupements, les attroupements !
Quoi de plus motivant que de travailler en équipe ou côte à côte ?



Quelques exemples de gros regroupements de participants :

L’atelier Parallèle de Six-Fours-les-Plages s’apprête à participer pour la troisième fois avec 33 personnes, à l’initiative de Julien Parra. Des jeunes, des très jeunes participants même, qui participent dans une ambiance chaleureuse et familiale, c’est que du bonheur !
Plus d’infos ici : http://www.atelier-parrallele.fr

La médiathèque de Pont-à-Mousson en Lorraine organise un regroupement avec tout le confort possible !
"Il y aura du café, des tables lumineuses, des scanners et possibilité de se brancher sur internet via connection ethernet (donc on peut brancher des webcam). Il est aussi possible de s’inscrire comme bénévole pour aider les dessinateurs (scannage de planche, servage de café en perfusion, massage des épaules...). Il y aura une salle à l’écart avec des matelas par terre pour ceux qui (les fous !) voudront faire une sieste."
Inscriptions par mail : mediatheque@bassin-pont-a-mousson.fr ou par téléphone 03 83 84 09 09.

L’atelier Pop, le berceau des 23HBD, à Tours.
http://atelierpop.blogspot.fr

L'Académie Brassart Delcourt à Paris, avec Eric "Turalo" Dérian .
http://www.academie-bd.fr/

L'école Toulouse Manga à Toulouse comme son nom l'indique ;)
http://toulousemanga.fr/

"Les lapins du bosquet" à Soligny-les-étangs, dans l'Aube.
https://www.facebook.com/pages/Les-lapins-du-bosquet/502292573164506

La librairie "La Griffe Noire" qui est à fond et s’impose un programme millimétré sur le week-end !
http://www.facebook.com/lagriffenoire

"La Team Beast" à Reims.
http://saturdaysorgreeves.blogspot.fr

"La Réunion lé la" à Saint Joseph, sur l'île de La Réunion.
https://www.facebook.com/sdrouvin

La team "Yamete Kudasai" à Saint-Denis sur l'île de la Réunion.
https://www.facebook.com/pages/Notre-petite-vie-illustrée-des-histoires-drôles

The Alianza Cómica à Guadalajara au Mexique !!! OUI LE MEXIQUE c'est cool !!!
https://www.facebook.com/ALIANZACOMICAOFICIAL
Teaser de fou sur Youtube :
https://youtu.be/-fpYksqBzus

Mais aussi (liste non exhaustive et sous réserve de mise à jour de ce billet) :

L'atelier La Fraktory
http://www.fraktory.com/

L’atelier Fabrikaflak en Suisse.
https://www.facebook.com/pages/Fabrikaflak

"Les ch’tis lapins" avec Piak à Lille.
http://piak.over-blog.fr

Anne-Lise Nalin, Ibi, Silver et Sergent Pouce
http://ibiland.blogspot.fr/

La "Team Licorne" avec Renardine, Claireuh, Bluelau et Hanahi à Bordeaux.
https://www.facebook.com/hanahichan

La bibliothèque municipale de Vérin, dans la Loire.
http://bibliothequeverin.blogspot.fr/

 

Si vous souhaitez organiser un regroupement, survolez l'album d'aide aux regroupements sur Facebook :
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1573700299545534.1073741844.1411629412419291&type=3

Pour ne RIEN oublier si vous vous lancez dans l'aventure, lisez nos fiches d'aide :
http://www.23hbd.com/Goodies/23HBD2014FichesConseilsGroupes.pdf

Et surtout, signalez-nous vos regroupements ici, dans les commentaires, nous mettrons la liste à jour avec vos liens :)

 

LemonSlide, une création de Goliver

2015-03-17 20:56:30

Lapinous, lapinettes,

Aujourd'hui c'est Goliver qui nous rejoint dans le terrier.
Dessinateur doté de pouvoirs de codage, Goliver est un maillon fort de l’équipe des 23HBd depuis 2014.

C’est également lui qui a développé le projet 17 mai pour Silver et Pochep.
Il a créé un lecteur HTML de lecture de Turbomedia gratuit : «LemonSlide».
Codeur procrastinateur mais prolixe, il a tendance à vouloir tout réinventer. (On le soupçonne fortement d’avoir créé un code pour sa machine à café).

- Bonjour Goliver :)
- Salut Zia ! Tu es belle aujourd'hui. Hier aussi d'ailleurs !

- Qui es-tu ? Que fais-tu ? D'où viens-tu ?
- Eh bien en plus d'être un Suisse qui s'aventure un peu en France depuis un an, dans la vie active je suis concepteur multimédia. Mon travail concerne en général tout ce qui touche à la création numérique, en gros je conçois des sites web, des jeux vidéos, des animations, des applications et autres trucs cools. Je n'ai pas de formation particulière, j'ai quasiment tout appris en autodidacte du coup, ayant été remarqué par diverses entreprises, j'ai commencé à travailler très tôt. A coté de tout ça j'ai également un blog BD depuis 4-5 ans sur lequel je publie de temps à autre des auto-fictions basées sur un petit univers loufoque que j'ai créé.

- Tu es le créateur de LemonSlide, qu'est-ce que c'est ?
- LemonSlide est un player OpenSource que j'ai conçu pour la création et la diffusion de Turbomedias. Sa particularité est qu'il est fait en HTML5 (et non en Flash) et permet de créer un Turbomedia sans notions de programmation (la manipulation d'un fichier XML est malgré tout requise mais c'est plus du copier-coller qu'autre chose). Il fonctionne avec les formats d'images JPG, PNG et GIF pour l'animation. Libre à chacun de l'installer sur son site/blog et s'en servir pour raconter des histoires.

- Pourquoi un citron et pas une carotte ?
- Euh...bah en fait LemonSlide est un jeu de mot : Lemon ''slice'' (tranche de citron) qui est devenu ''slide'' vu qu'il fonctionne comme un slider. Et pourquoi un citron en particulier ? Bah j'aime bien le citron et la couleur jaune. Voilà voilà...

- Quels logiciels conseilles-tu à nos lapins pour la fabrication d'un Turbomedia ?
- Beaucoup de faiseurs de Turbomedias se servent actuellement de Flash pour concevoir leurs histoires interactives. C'est pratique pour créer et animer rapidement mais cependant il faut connaître un minimum l'ActionScript (2 ou 3) et ça ne marche malheureusement pas avec les smartphones et les tablettes.
Avec LemonSlide ça peut être n'importe quel logiciel tant que ça permet de générer des images (Photoshop, Gimp, Krita, etc). Après pour l'animation il faut juste trouver un truc qui peut compiler des séquences d'images en GIF. Je sais que Photoshop a une option du genre, Flash aussi (si vous maîtrisez ce logiciel). Après pour le reste il doit exister des tonnes de softs gratuits pour créer des GIFs, voire même des sites dédiés. Taper sur google ''logiciel pour faire de GIFs animés'' devrait suffire.

- Comment s'organiser pour réaliser un Turbomedia de 80 pages en 23 heures ? Par quoi commencer ?
- Alors pour commencer il ne faut surtout pas être le développeur du site des 23HBD car on est bombardé de questions techniques et c'est impossible de bosser correctement (du coup j'ai fait 10 vignettes sur 80 l'année dernière). Après vu que le système de publication est quasiment le même que ça soit en défi classique ou Turbomedia, la méthode de préparation ne change pas vraiment d'un challenge à un autre. Je conseille juste de ne pas se concentrer uniquement sur les animations car vous risqueriez de perdre du temps, mettez-en juste si c'est nécessaire ! Bon après je ne suis pas le meilleur exemple à suivre, je n'ai eu qu'un lapin d'argent en 5 ans. Allez plutôt emmerder Paka qui a une bonne technique. Le connaissant il aura déjà fini le marathon à 2 heures du mat avec 200 planches faites en ayant même trouvé le temps de faire une pause pour se branler.

- Ou est-ce qu'on peut télécharger LemonSlide et à quel prix ?
- LemonSlide est disponible gratuitement en téléchargement sur mon blog, à ce lien plus précisément : http://blog.goliworks.com/post.php?pst=56

Je tiens quand même à annoncer que les 23HBD 2015 marqueront peut être un tournant décisif concernant l'avenir de LemonSlide car cela me permettra de voir de quelle façon les gens s'en servent et si la technique de narration leur plaît. Il y a de très fortes chances que le player soit entièrement revu afin de fournir à tout le monde le plus d'options possibles pour offrir un maximum de liberté en Turbomedia. Il se pourrait même qu'un logiciel de création de BD numérique et interactive voie le jour....mais je n'en dirai pas plus !


- Merci Goliver, c'est un plaisir de bosser avec toi :)
- Merci <3

 

Blog de Goliver : http://blog.goliworks.com
Le projet 17 mai : http://www.projet17mai.com

Tout savoir sur le Turbomedia

2015-03-13 20:10:25

Salut mes lapins !


Aujourd'hui Geoffo nous a rejoint dans notre terrier pour parler du Turbomedia.
Geoffo est diplômé de l’école d’animation 2D LISAA. Illustrateur spécialisé dans les récits pensés pour les écrans, il travaille actuellement pour Marvel Comics sur la ligne 100 % numérique de l’éditeur américain, appelé les Infinite Comics. Il est aussi Directeur Artistique d’Ybrik Productions, une start-up spécialisée dans la création de récits numériques et transmédias.
Bref, c'est du lapin de compet.

- Bonjour Geoffo :)
- Bonjour Zia !

- Geoffo, qui es-tu ? Que fais-tu ? D'où viens-tu ?
- Je suis un monsieur spécialisé dans la mise en scène numérique. Avec mon collègue Mast, nous travaillons principalement pour Marvel Comics sur leur ligne numérique, les Infinite Comics (plus de 60 productions à ce jour: http://www.9emeart.fr/communaute/blog-post/news/comics/mast-geoffo-chez-marvel-2489 ) mais pas seulement puisque nous avons aussi nos propres productions comme Pax Arena ou les Walking Pandas. Je viens de la région parisienne, j'ai toujours été fan de bande dessinée, et je suis diplômé de l'école d'animation LISAA section 2D.

- Peux-tu expliquer à nos lapins ce que c'est, en gros, le Turbomedia ?
- Le Turbomedia c'est une forme de récit créé spécifiquement pour être lue sur écrans (smartphone, tablettes, PC). C'est un récit possédant un rythme de lecture BD avec la surprise de l'animation. Le lecteur reste ainsi maître de sa lecture, mais on peut le surprendre à chaque slide! On peut par exemple mettre une case SUR une autre case, ajouter des filtres de couleur ou encore donner l'illusion du mouvement. Quelques exemples gratuits ici:
--> Le 23h Turbo réalisée en 2014 en équipe: http://www.23hbd.com/?pg=participation&pt=942&an=2014
--> Bouncer: Ghost Story, avec François Boucq et Alejandro Jodorowsky:
http://www.lexpress.fr/culture/livre/en-images-bouncer-ghost-story-la-bande-dessinee-interactive_1301476.html

- Pourquoi ce nom, "Turbomedia" ?
- Cette forme de récit a été inventé par Balak (ou maître, comme nous l'appelons avec Mast), co-créateur de Lastman. La légende dit qu'il aurait trouvé ce nom après avoir sacrifié 16 vierges à forte poitrine afin de sauver l'humanité.

- Comment fabrique-t-on un Turbomedia, avec quels logiciels ?
- Réaliser un Turbomedia, c'est tout simple! Vous pouvez travailler sur papier (c'est ce qui s'est notamment passé pour François Boucq sur le Turbomedia Bouncer: Ghost Story) ou tout en numérique. il s'agit de simple jpegs qui se suivent les uns les autres (sans effet de transition entre chaque), il y a donc un montage à réaliser, mais rien de complexe. C'est le choix de l'artiste. Une fois votre montage fini, vous avez juste à intégrer les jpegs sur Le player de Goliver*.

- Comment s'organiser pour réaliser un Turbomedia de 80 pages en 23 heures ? Par quoi commencer ?
- Comme pour une bande dessinée classique, il faut d'abord penser le découpage, voir comment vont se succéder les actions et ensuite passer au propre. Ci-dessous un exemple de ce que nous réalisons chez Marvel (le "layout) et le dessinateur qui met les dessins finaux.
http://www.9emeart.fr/communaute/blog-post/news/comics/mast-geoffo-chez-marvel-2489

- Tu proposes une MasterClass mardi 24 mars à l'Académie Brassart Delcourt de Paris. Qui peut venir, combien ça coûte et comment fait-on pour s'inscrire ?
- La Masterclass est ouverte à tous elle sera gratuite, et pour s'inscrire il suffit de me contacter sur FB ou de contacter Eric Turalo. J'en profite aussi pour préciser que tout le monde pourra venir dessiner à l'ABD dans le cadre du 23h BD/Turbomedia!



- Merci Geoffo :)

Alors, vous avez tout compris ?
Si vous avez d'autres questions, posez-les ici, dans les commentaires.
Biz à tous,
Zia


* Note : Vous saurez tout sur LemonSlide dans l'interview de Goliver : http://www.23hbd.com/index?pg=post&pst=43

 

Contacts sur Facebook
 
 
Académie Brassart Delcourt : https://www.facebook.com/academieBD
 

SurfRider Foundation Indre-et-Loire

2015-03-05 11:43:24

 

SurfRider Foundation Europe / Indre-et-Loire, partenaire de la huitième édition des 23HBD.

Le partenaire des 23HBD 2015 est une antenne française de l'association SurfRider Foundation Europe, l'antenne d'Indre-et-Loire très précisément, qui est animée par Paula Marine et Sylvain Jégorel.

SurfRider Foundation est une association ayant pour but "la défense, la sauvegarde, la mise en valeur et la gestion durable de l'océan, du littoral, des vagues et de la population qui en jouit". Leur action englobe aussi de plus en plus de zones de loisirs nautiques sur des lacs ou des rivières.

Créée en 1990 à Biarritz à l'initiative de surfeurs, dont Tom Curren (triple champion du monde), elle rassemble aujourd'hui un réseau de 1.500 bénévoles, de 10.000 adhérents, d’une quarantaine d’antennes locales, et plus de 40.000 sympathisants en Europe. C'est aussi un réseau mondial d’associations régionales et de représentations locales présentes sur tous les continents (USA, Europe, Japon, Australie, Amérique Latine…). Surfrider Foundation regroupe parmi ses membres des personnes venant de tous les horizons, ayant en commun la passion de l'océan et le souci de protéger le littoral.

 

L'équipe des 23HBD a choisi cette année d'associer son marathon artistique à cette noble cause. C'est une occasion originale de réfléchir tous ensemble, participants comme lecteurs, jeunes et moins jeunes, à la place de l'océan dans notre vie, même si nous en sommes souvent éloignés.

 

 

 

 

 

 

 

 

De plus, cette année, l'association lance de grandes opérations. C'est le bon moment pour s'informer et... plonger !
- Donnez de la visibilité à Paula et Sylvain en "likant" la page de l'antenne d'Indre-et-Loire : http://www.facebook.com/pages/Surfrider-Foundation-Indre-et-Loire et en les suivant sur Twitter : https://twitter.com/SFE37
- Suivez également les informations de la page européenne : http://www.facebook.com/surfriderfoundationeurope
- Allez faire un tour sur le site officiel : http://www.surfrider.eu

Merci à tous !
Zia 



 

 

 

Ouverture des inscriptions 2015

2015-02-24 18:47:10

 Zia par GaryChers lapinous, chers amis,

Comme promis, vous êtes les premiers informés.
GO GO GO !!!
Les inscriptions sont ouvertes pour la huitième édition des 23 Heures de la Bande Dessinée 2015 !

Notez bien dans vos agendas que vous ne serez là pour personne,
personne d'autre que nous, les 28 et 29 mars.

Si vous avez participé à l'édition 2014, connectez-vous à votre compte et laissez-vous guider.
Si c'est votre première fois, ou que vous avez participé les années précédentes mais pas en 2014, vous devrez créer votre compte.

Profitez-en pour vous balader sur le site qui a été mis à jour avec des illustrations de Gary Vanaka Vazeilles,
retouché graphiquement par Paka et enrichi par notre codeur maison, Goliver.

Turalo par Gary- Vous avez des questions sur le marathon 23HBD ? Cliquez sur l'onglet "règlement".
- Vous voulez organiser un regroupement d'artistes ? Cliquez sur l'onglet "Goodies" et téléchargez les fiches d'aide.
- Vous êtes curieux ? Cliquez sur l'onglet "Presse" et téléchargez le dossier (version 2014 dispo, 2015 à venir).
- Vous avez envie de papoter ? Cliquez sur l'onglet "blog" et commentez le dernier billet.


Vous pouvez bien entendu nous retrouver comme toujours sur Facebook et Twitter.

Je vous rappelle que notre partenaire cette année est SurfRider Foundation, une association européenne ayant pour but "la défense, la sauvegarde, la mise en valeur et la gestion durable de l'océan, du littoral, des vagues et de la population qui en jouit". N'hésitez pas à aller faire un tour sur leur site car ils ont un paquet de projets en cours.

Le parrain mystère de l'édition 2015 sera bientôt dévoilé. Nous allons avoir besoin de vous pour faire du bruit. Beaucoup de bruit. 

Attention ça va secouer mes lapins !

Zia
 
 
 

Camarade Gary

2015-02-24 17:20:24

Il est jeune mais il est déjà passé maître en procrastination...
il est banalement droitier mais originalement daltonien...
il manie aussi bien le stylet que le critérium...
il a un talent aussi monstrueux que sa modestie...
certains le connaissent déjà car il a fait les 23HBD, deux fois ...
c'est lui qui a fait l'illustration de l'affiche des 23HBD 2015,
mes petits lapins, nous vous présentons :

Gary Vanaka Vazeilles !!!

*Applaudissements des fans*
*Sifflements et hurlements des fans de la première heure*
*Clic en masse de ceux qui découvrent*

Le fan-art 2014 qui nous a fait craquer : Fan-art retenu

Sa page Facebook : Gary Vanaka Vazeille

Sa page DeviantArt :  Gary Vanaka

 

Zia

Bonne année 2015

2015-01-23 09:24:38

 

 

Chers lapinous, chers amis,

chers lecteurs, chers curieux,


Les 23 Heures de la Bande Dessinée auront lieu cette année les 28 et 29 mars, au moment du passage à l'heure d'été.

Ce sera - déjà - la huitième édition !

Les inscriptions seront ouvertes dans quelques semaines. Si vous avez déjà participé, vous serez informés par mail. Sinon, vous pouvez demander à recevoir nos informations par mail en envoyant un petit message à zia@23hbd.com

Cette édition sera aquatique, puisque notre partenaire est l'antenne Indre-et-Loire de SurfRider Foundation, une association européenne ayant pour but "la défense, la sauvegarde, la mise en valeur et la gestion durable de l'océan, du littoral, des vagues et de la population qui en jouit". Beau et vaste programme, vous ne trouvez pas ?

Le parrain que nous visons n'est un secret que pour les petits nouveaux. On croise les doigts et les oreilles et on vous en dira plus très bientôt ;)

Enfin, le dessinateur que nous avons choisi pour l'affiche est Gary Vanaka Vazeille. Son fan-art des 23HBD 2014 nous a tous mis d'accord.
(D'ailleurs, puisqu'on parle de fan-art, n'hésitez-pas à nous envoyer les vôtres par mail, sur Facebook ou Twitter, ça fait toujours plaisir.)

Cette édition sera épique, contre vents et marées. Bonne année 2015 à tous de la part de Turalo, Piak, Lugol, Goliver, Paka, Emeline, Gary Vanaka et tous les autres bénévoles de l'équipe des 23HBD 2015

Zia

Le thème 2013

2013-03-30 17:33:33

Thème :
"La cohabitation (sous toutes ses formes)"

Contrainte #1 : "Une BD, pas un diaporama !"
En plus de la couverture, il n'est autorisé que 3 pleines pages (1 seule image).
Les autres pages devront être composées au minimum de 2 cases.

Contrainte #2 par Scott McCloud : "Chaque histoire doit contenir au moins un GRAND CHAPEAU RIDICULE"
Bonne chance à tous, Scott.

----

Theme :
"Cohabitation (all forms)"

Constraint #1 :
"A comic, not a slideshow !"
In addition to the cover, only 3 full pages will be allowed (1 image)
Other pages must be composed at least of two cases.

Constraint #2 by Scott McCloud :
"Every story must contain at least one LARGE RIDICULOUS HAT." - Good luck everybody, Scott.

Camarade Scott

2013-03-29 10:15:12

Faut-il encore présenter le camarade Scott McCloud ?
Auteur de comics, il est l'inventeur de la discipline qui va nous occuper ce week-end : il est au marathon BD ce que le Pape est au Vatican ! Habemus Scott MC !

En 1990, il met son ami Steve Bissette au défi de réaliser un comics de 24 pages en une journée.

En 2004 ont lieu les premières 24 Hour Comics Day officielles. En 2007, ils sont plus de 1200 participants dans le monde.
C'est aussi en 2007 qu'auront lieu les premières 24 Heures de la Bande Dessinée, suivies en 2008 des premières 23HBD, toutes deux inspirées de la manifestation créée par Scott McCloud, devenu entre-temps un des plus grands théoriciens mondiaux de la bande dessinée (L'art Invisible - Réinventer la Bande Dessinée - Faire de la Bande Dessinée).
En 2011, alors que, les yeux humides, nous nous tournons vers lui pour lui signaler qu'on existe, il nous inonde d'un sourire irradiant et bienfaiteur.

2013 : la boucle est bouclée !
Alors que la révolte gronde, que le thème des 23HBD encore inconnu fait monter le stress parmi les participants, qu'une première contrainte a déjà été révélée...


Scott McCloud nous adoube cette année en nous honorant d'une seconde contrainte exceptionnelle qui sera divulguée demain, en même temps que le thème, à 13h pile !

C'est un tournant sans précédent dans l'histoire des 23HBD, la lutte continue, la victoire est à portée de nos mains !

Merci, camarade Scott !

Turalo

Camarade Piak

2013-03-24 16:23:19

Le camarade Piak, co-créateur des 23HBD, s'adresse à vous !

 

Si après ça, il y en a encore qui n'ont pas compris la contrainte !

Merci, camarade Piak !

Turalo

 

 

 

Que faire en attendant les 23HBD ?

2013-03-23 12:21:09

Un chouette concours, peut-être ?

Vous le savez peut-être déjà, entre le Festiblog et les 23HBD, c'est une affaire de coeur !

Cette année, RTE s'associe avec Futura Sciences et le Festiblog pour un grand concours BD sur la transition énergétique. Un concours à la portée de tous pour une belle cause, avec des lots plus qu'alléchants ! On vous laisse découvrir.

Turalo

 

Un vent nouveau !

2013-03-22 15:25:20

Celui qui souffle et insuffle, qui repousse les limites de l'impossible ! Celui qui concrétise les idées les plus folles !
C'est le moment ou jamais d'associer un BEL AVATAR à votre compte : cela a pris une importance INEDITE depuis quelques heures puisqu'une nouvelle programmation de la page "auteurs" permet d'afficher les avatars des participants lorsque le curseur de la souris survole leurs pseudo !
Tout ça pour donner un peu plus envie aux lecteurs de suivre votre travail pendant les 23H, mais aussi d'y revenir dans les semaines, les mois suivants ! Un avatar bien senti, ça peut être très UTILE !

 



Cette prouesse technique est le fruit du travail combiné de la camarade Caro, notre Grande Prêtresse du Web, et du camarade Xavier, un Gentil Prog Volontaire : qu'ils en soient remerciés 1000 fois !!!

Pour information, depuis le 1er janvier, le site - qui ne dort jamais - totalise déjà 5000 visiteurs uniques pour plus de 45000 pages vues.

Bon courage à toutes et tous et merci de votre confiance !

Turalo

 

Camarade Giovanni

2013-03-21 13:26:19

Le camarade Giovanni est un camarade de lutte de longue date.
Co-organisateur discret des 23HBD depuis la presque toute première heure, il est un des pivots de la révolution, une cheville ouvrière qui n'a jamais oublié d'où il venait, un être humain à part antière, tout simplement ! Mais bien plus encore !
Merci, camarade Giovanni !
 
Turalo

La contrainte 2013

2013-03-19 16:28:23

"On fait de la BD, pas du SLIDESHOW !"

Les 23HBD sont un marathon de bandes dessinées et tiennent à le rester !
D'année en année, la tentation à l'économie de certains participants détourne progressivement la difficulté et transforme ce challenge un peu fou en bête concours de vitesse.
Cette année, nous disons NON !
Utiliser le format de la page comme un format de case unique, ou de pleine page, sur tout le livret ne suffira plus : halte au syndrome flipbook.

CHAQUE PAGE DEVRA CONTENIR AU MINIMUM 2 CASES

Une exception de 3 pleines pages (en plus de la couverture) sera tolérée pour les récits de 24 pages (le double pour les fous qui veulent en faire 48).
Soit un livret de 24 pages (1 couverture 23 pages de BD) dont 3 pages pourront être des pleines pages.

La décision de diffuser cette contrainte en amont du marathon a été prise pour que tout le monde y soit bien préparé.
Elle sera d'ailleurs intégrée au règlement l'année prochaine.
Nous pouvons en discuter ensemble, si vous le souhaitez, sur la page FAQ des 23HBD sur Facebook.

Et pour les âmes chagrines qui pleurent la disparition de la contrainte surprise en plus du thème à 13h pile le samedi 30 mars, tout ce que je peux dire, c'est qu'on n'est pas à l'abri d'une "CONTRAINTE 2 - LE RETOUR" arbitraire et gratuite : tout peut encore arriver !

Turalo

Une révolution, ça se prépare

2013-03-15 18:41:37

 

Passez un bon week-end au chaud, mes lapereaux !
Et, une fois près du feu, parcourez les très beaux fan-arts de la semaine passée en cliquant ici :)

Turalo